Comment qualifier la France après 14-18

A) Transformation sociale

 PERTES HUMAINES :

La guerre de 14-18 fut une véritable catastrophe démographique. Du fait du départ des hommes pour le front et du travail des femmes, on a observé une forte baisse de la natalité accompagnée d’une hausse de la mortalité due aux conflits. Toutes les familles furent touchées et c’est la génération des jeunes adultes qui fut la plus décimée (20% des pertes furent des jeunes adultes qui avaient entres 19 et 27 ans en 1914). Maladies (grippe « espagnole » en 1918), sous-alimentation et bonbardements sont les causes principales des pertes civiles.

   Bilan pour la France :

  •  1 450 000 morts
  • 3 à 4 millions de blessés
  • 600 000 veuves
  • 760 000 orphelins

LES GUEULES CASSEES :

En france, le nombre de gueules cassées s'élève à 500 000.

L'expression "gueules cassées" désigne les survivants du conflit ayant subi une ou plusieurs blessures au combat et affectés par des séquelles physiques graves, notamment au niveau du visage. Elle fait référence également à des hommes profondément marquées psychologiquement par le conflit, qui ne purent regagner complètement une vie civile normale.

La médecine a donc progressé afin de rendre plus facile la vie à ces "gueules cassées". Cette vidéo montre notamment des procédés pour leur rendre le visage :

 

 

 

PERTES MATERIELLES ET FINANCIERES :

Les pays ou les régions qui ont servi de champs de bataille (la France du Nord-Est) ont subi de lourdes destructions : villes et villages bombardés, 60 000 kilomètres de routes et 5000 kilomètres de voies ferrées détruites, 2,5 millions d'hectares de terres arables inutilisables pour de longues années. Il faudra alors 16 ans pour reconstruire ce qui a été détruit en 4 ans.

La France est ruinée par la guerre et doit notamment remboursée ses emprunts (surtout auprès des Etats-Unis) : elle sort donc de la guerre affaiblie.

De plus, la reconvertion d'une économie de guerre en une économie de paix en période de pénurie s'accompagne de chômage et d'une remise en question du travail des femmes.

BILAN MORAL :

Le bilan moral de la Grande Guerre est incommensurable pour les Français : ceux-ci sortent profondément choqués de l'atrocité de la guerre (mort, gueules cassés, bomabardements) mais également des nombreuses pénuries qui ont sévi à l'arrière.

De plus, les survivants se sentent incompris des civils lorsqu'ils reviennent de la guerre et ne peuvent plus vivre normalement.

Dans l'ensemble du pays, le rationnement et la hausse des prix, ainsi que le marché noir entraînent le mécontentement des populations qui recourent à la grève - notamment en 1919-1920 - au moment d'une reconvertion d'une économie de guerre en une économie de paix.

La joie de la victoire de la guerre est donc vite oubliée pour laisser place aux commémorations des morts.

SOUVENIR DE LA GUERRE :

"Le temps engendre l'oubli"

   Cette raison a amené la construction de nombreux monuments aux morts. En effet, dans chaque village, des monuments aux morts, portant l’inscription « morts pour la patrie », furent bâtis afin d’entretenir la mémoire de cette hécatombe (900 français sont tombés, en moyenne, chaque jour entre 1914 et 1918)

 

   A Verdun a été mis en place l'ossuaire de Douaumont qui garde en son sein les restes des soldats morts sur le champs de bataille afin de préserver leur souvenir.  

Ossuaire de Douaumont

Depuis 1919, la célébration des disparus, les commémorations, les monuments aux morts et les cérémonies consacrées aux anciens combattants entretiennent brûlant et vivace le souvenir de la Grande Guerre, sous le signe du deuil et de la tristesse.

En 1922, le 11 novembre devient fête nationale, jour célébré comme "jour de la victoire, jour de nos souvenirs, jour de nos deuils, jour de nos espoirs".

B) Transformation politique

Suite aux différents traités de paix, la France récupère l'Alsace-Lorraine et occupe la rive gauche du Rhin pour 10 ans.

LA PLACE DES FEMMES :

La place des femmes dans la société française a aussi été bouleveversé : en 1920, leur droit de vote est voté par les députés mais repoussé par les sénateurs. Elle acquière cependant le droit d'adhérer à un parti sans avoir à demander l'autorisation à leur mari.

LA CHAMBRE BLEU-HORIZON :

Les élections législatives françaises de 1919 ont eu lieu le 16 et le 30 novembre 1919. Elles ont élu la Chambre des Députés de la douzième législature de la Troisième République.

Pour la première fois de toute la Troisième République, la majorité politique bascule à droite, suite à la victoire de l'alliance des forces centristes et conservatrices au sein de la formation dite du « Bloc national », formé à l'initiative de l'Alliance démocratique. La nouvelle assemblée fut surnommée « Chambre Bleu Horizon », en référence à la couleur bleu horizon des uniformes des très nombreux anciens combattants qui y siègeront.

 

 

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site